Unilin Insulation : Législation en matière de sécurité incendie des façades

Ces dernières années, la législation en matière de sécurité incendie des façades a été passée au crible. Elle manquait de clarté et il restait quelques vides juridiques. Ce flou a été dissipé dans une nouvelle loi qui entrera en vigueur à l’été 2022. Découvrez ce à quoi vous devrez alors prêter attention si vous êtes entrepreneur ou architecte.

Les incendies de façade dans les hauts immeubles ont fait la une de l’actualité à plusieurs reprises ces dernières années. Les bâtiments hauts se multiplient et, heureusement, l’attention portée à la sécurité incendie se renforce. D’où la révision de la législation belge en matière de sécurité incendie.

Le Conseil supérieur de la sécurité contre l’incendie et l’explosion avait déjà mis en place un groupe de travail en 2015. Ce groupe de travail a soumis une proposition de modification de la réglementation et, en 2019, le Conseil supérieur l’a approuvée. La nouvelle réglementation sera publiée en 2022 dans un arrêté royal actualisé sur la sécurité incendie. Voici le détail des changements qui interviendront à ce moment-là.

Trois modes de propagation du feu

  1. Propagation de l’incendie par la surface du revêtement de façade
    La classe de réaction au feu du revêtement de façade a toute son importance ici.

  2. Propagation de l’incendie d’un compartiment à l’autre
    On pense ici aux flammes qui s’échappent par les fenêtres.

Pour ces deux modes de propagation, les règles actuelles restent en vigueur.

  1. Propagation de l’incendie au sein de la façade
    Murs creux, structures portantes, isolation… Autant d’éléments susceptibles d’accélérer la propagation des flammes.

Il n’existait pas encore de réglementation en la matière, mais les choses vont bientôt changer. Grâce à ces nouvelles exigences, la sécurité incendie des bâtiments neufs sera sensiblement améliorée.

À quoi prêter attention à partir de 2022 ?

La nouvelle réglementation relative aux systèmes de façade prévoit des règles à deux niveaux :

  1. exigences relatives au revêtement de façade dans leurs conditions d’application finales. Les couches sous-jacentes ont donc aussi leur importance : matériaux de fixation, structures portantes… ;
  2. exigences relatives aux composants substantiels. Il s’agit par exemple de l’isolation.

Pour satisfaire aux normes relatives à la sécurité incendie, la façade devra remplir les exigences à ces deux niveaux.

Inventaire de l’ensemble de la façade

L’entrepreneur ou l’architecte doit donc toujours envisager la façade dans son intégralité. Les exigences s’appliquent, en effet, au revêtement de façade et à toutes les couches sous-jacentes. On ne peut pas évaluer une façade sur la base du comportement au feu d’un seul composant. La sécurité incendie de l’ensemble de la façade doit être assurée.Par « intégralité de la façade », on entend l’ensemble du revêtement extérieur, la structure portante, l’isolation… Les profilés de portes et fenêtres et le vitrage n’entrent néanmoins pas en ligne de compte.

Que stipulent concrètement les futures normes ?   

Les nouvelles exigences en matière de sécurité incendie ont été établies en fonction de la hauteur d’un bâtiment et de son utilisation. Pour les maisons unifamiliales, rien ne change. Les immeubles à appartements, les bureaux, les établissements de soins… sont soumis à des exigences plus strictes. Des règles différentes s’appliquent selon la hauteur.

  • Bâtiments bas (jusqu’à 10 m)
    Performances minimales du revêtement de façade (en application) : classe de réaction au feu D-s3,d1, ou C-s3,d1 en cas de résidents dépendants Performances minimales de l’isolant PIR : classe de réaction au feu E.
  • Bâtiments moyens (de 10 à 25 m)
    Performances minimales du revêtement de façade : classe de réaction au feu B-s3,d1. Performances minimales de l’isolant PIR : classe de réaction au feu E + arrête-flammes tous les 2 étages.
  • Bâtiments hauts (à partir de 25 m)
    Performances minimales du revêtement de façade : classe de réaction au feu A2-s3,d0.
    Utilisation de matériaux ininflammables.

Unilin 13 Jorrit brandwetgeving FR from Broodkast on Vimeo.

Unilin Insulation : des constructions ignifuges

Chez Unilin Insulation, nous sommes satisfaits de ces nouvelles exigences. Jorrit Gillijns, Product Development & Innovation Manager : « Des exigences claires sont un gage de sécurité. Depuis la mise en place du groupe de travail en 2015, nous conseillons nos clients à la lumière de la révision à venir».  Afin de vous aider à réaliser les travaux préparatoires, nous énumérons ci-après les isolants à utiliser pour vous conformer aux exigences futures.

  • Bâtiments bas (classe de réaction au feu E)
    Deux options s’offrent à vous en fonction du type de mur. Pour les murs creux, nous conseillons Utherm Wall LE. En cas de façade ventilée, mieux vaut opter pour Utherm Wall A. Ces plaques présentent une face apparente très spéciale en aluminium pur. C’est la meilleure option pour une façade ventilée.                                                                                                                    
  • Bâtiments moyens (classe de réaction au feu E + arrête-flammes)
    Là encore, vous pouvez utiliser Utherm Wall LE ou Utherm Wall A, selon le type de façade. Veillez à placer un arrête-flammes tous les deux étages. Il peut s’agir d’une plaque en acier (d’au moins 1 mm) ou d’une couche de laine de roche de 20 cm. Cet arrête-flammes coupera le mur creux et contrera l’effet de cheminée de ce vide.                                                                                                                                    
  • Bâtiments hauts (matériaux ininflammables)
    Bien qu’on recommande le recours à des matériaux ininflammables, un isolant PIR n’est pas exclu. Dans ce dernier cas, protégez l’isolant à l’aide d’un panneau à base de plâtre (K2 30 ou EI 30), pour ainsi obtenir une capacité de protection contre l’incendie d’au moins 30 minutes.

Certains composants ne remplissent pas les exigences individuelles ? Vous pouvez alors soumettre l’ensemble de la structure de la façade à un essai à grande échelle et selon des normes d’essai bien établies, afin d’en démontrer la sécurité incendie.

Pour en savoir plus, contactez Unilin.