Le foncier dégradé et sa requalification: quelles règles et quels outils pour une gestion optimisée ?

La Brownfield Academy, réseau participatif belge des acteurs de la dépollution des sols, de l’aménagement des territoires et du secteur de la construction, organise son 1er Forum Annuel les 15 et 16 octobre à Liège.

 

Au regard des enjeux démographiques de nos sociétés, et en total accord avec les principes fondamentaux de l’économie circulaire, les sites pollués et les terrains en friche sont dorénavant considérés comme étant des réserves foncières vouées à être réhabilitées et valorisées.                          

Eu égard à la dynamique de développement que connaissent les métropoles, afin d’éviter de continuer le mitage des territoires à vocation agricole ou naturelle, et pour permettre de recentrer la ville sur la ville, ces sites, malgré leur passif et leurs spécificités, constituent dorénavant des sources d’opportunités notamment pour les acteurs qui connaissent les risques et qui maîtrisent les techniques adaptées aux contraintes et aux multiples défis inhérents à la caractérisation, à la gestion et à la requalification de ces sites. C’est ce que nos collègues anglo-saxons nomment « brownfields ».                 

Actuellement, ces derniers ne représentent plus exclusivement des centres de coûts, mais deviennent des facteurs clés du développement territorial. Leurs caractéristiques spécifiques imposent cependant la mobilisation, le plus amont possible et dès les premières phases de réflexion de tout projet, de nombreuses compétences tant au niveau urbanistique, architectural, géotechnique, géologique-hydrogéologique, environnemental, sanitaire et financier, qu’au niveau juridique et politique, et également en termes de communication et de concertation.                   

Face à cette complexité, et sous l’impulsion européenne actuelle en matière de développement durable et d’aménagement territorial, les nouvelles approches définies pour la régénération des sites pollués et des friches, tendent aujourd’hui à adopter de nouvelles stratégies concertées, et à rejeter les visions cloisonnées.                 

L’encouragement des démarches centrées sur le dialogue, la transversalité et les synergies entre tous les acteurs, y compris la société civile, est clairement dans l’air du temps.                      

Que ce soit à l’échelle du site ou celle du territoire, l’objectif de ce colloque est de présenter par des retours d’expérience, les enjeux et les intérêts de visions convergentes dans l’élaboration de projets de reconversion de terrain à passif, et cela au niveau local ou territorial.                      

Au programme :          

  • Initiatives structurelles et visions convergentes des acteurs à l’échelle territoriale                           
  • Visions convergentes à l’échelle du site/projet                

Programme et inscriptions